Aperçu du secteur financier

Paysage économique

Malgré la menace de groupes armés dans la zone sahélo-saharienne, le Sénégal reste un modèle de stabilité et de démocratie en Afrique. Le scrutin présidentiel de 2000 a permis au pays de connaître sa première alternance politique depuis l’indépendance. L’économie de la deuxième puissance en Afrique de l’ouest francophone après la Côte d’Ivoire, est dominée par le secteur tertiaire qui représente plus de 60% du Produit Intérieur Brut (PIB). Les récentes découvertes de champs pétrolifères et gaziers devraient accroître la contribution du secteur secondaire au PIB. Le taux de croissance du PIB en 2017 est estimé à 7,2% après avoir atteint 6,5% en 2016, son plus haut niveau durant les 11 dernières années. A l’instar de la Côte d’Ivoire, le Sénégal a élaboré un programme dénommé « Plan Sénégal Emergent » dont l’exécution favorise la mise en œuvre d’investissements dits structurants et de réformes, notamment l’amélioration du climat des affaires. Les travaux de rénovation des comptes nationaux entrepris par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) ont eu pour conséquence un ajustement à la hausse de 30% du niveau du PIB initial calculé en 2014. De ce fait, le poids de la dette publique sur le PIB est redescendu en-dessous de 50%.

Vue d’ensemble du secteur financier

Le secteur financier sénégalais comprend 28 établissements de crédit dont 24 banques commerciales et 4 établissements financiers, 19 compagnies d'assurances (donc 10 branches d'assurance-vie), et 208 Institutions de Microfinance (IMF) en 2017. Comme dans la plupart des pays Africains, il est dominé par les banques qui détiennent environ 88% des actifs du secteur, contre 7% pour les IMF, et environ 4% pour les compagnies d'assurance. Ces institutions financières opèrent dans un cadre réglementaire harmonisé et organisé autour de plusieurs instances communautaires dont les plus importantes sont la Banque Centrale des États d'Afrique de l'Ouest (BCEAO), la Commission Bancaire de l'Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA), le Conseil Régional de l'Épargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF), et la Conférence Interafricaine des Marchés d'Assurances (CIMA).

Dans l'UEMOA, le système financier Sénégalais est le deuxième selon le critère de la taille, après celui de la Côte d'Ivoire, notamment en termes de nombre d'établissements financiers et de part de marché des établissements de crédit.

Il n'existe pas de marché financier national, mais dans le cadre de la coopération sous-régionale, le pays partage avec les 7 autres pays de l'UEMOA un marché financier unique, en l'occurrence la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) basée à Abidjan en Côte d'Ivoire. En 2017, 44 entreprises étaient cotées à la BRVM, parmi lesquelles 3 entreprises sénégalaises (Sonatel, Total Sénégal, et la filiale sénégalaise de Bank Of Africa).

Secteur bancaire

Structure du marché bancaire – Le secteur bancaire domine le système financier sénégalais avec près de 28 banques et établissements financiers, 5 150 collaborateurs permanents, 412 agences à travers le pays et 1,6 million de comptes bancaires. Le taux de bancarisation reste faible (18%) et les revenus bancaires du Sénégal représentent le cinquième des revenus des banques de l‘Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA).

Structure des crédits et dépôts – Le volume total du crédit bancaire a régulièrement augmenté au cours des dernières années, principalement tiré par la hausse des crédits au secteur privé. En mars 2018, il s'élevait à 3 915,7 milliards FCFA (7,1 milliards USD) contre 1 755,3 milliards FCFA (2,9 milliards USD) en 2009, soit plus du double du niveau de 2009. Le crédit accordé par le secteur bancaire, dont l'essentiel est destiné au secteur privé, a augmenté en moyenne de 6% par an par rapport à 2015-2017. Le ratio du crédit au secteur privé bien que supérieur à 25% depuis 2013, croit à un rythme moins soutenu, comparé à celui de l’économie. La majorité des actifs des banques est détenue par des banques internationales et régionales.

Solidité financière du secteur bancaire Les niveaux élevés des créances bancaires en souffrance et les niveaux de concentration des prêts fragilisent le secteur et font peser des risques importants sur le financement de l’économie. L’adoption en mars 2018 par l’assemblée nationale d’un projet de loi portant sur les bureaux d’information sur le crédit et les réformes engagées pour la création du tribunal de commerce sont de nature à améliorer la maîtrise du risque et à favoriser la croissance du crédit. Depuis janvier 2018, les établissements bancaires sont tenus de se conformer aux dispositifs prudentiels de Bâle 2 et Bâle 3.

Inclusion financière

L’Etat du Sénégal a adopté une stratégie sectorielle courant jusqu’en 2020. L’objectif est d’accroître les performances du secteur à travers des actions ciblées et de résorber les contraintes ou fragilités dont la persistance pourrait entraver le développement du secteur financier. Ces actions incluent la mise en place d’un fonds national de la microfinance, l’opérationnalisation du programme de promotion de la microfinance islamique et la promotion de la finance digitale par la relance du projet "mobile banking".

Secteur de la microfinance

Le secteur financier informel joue, avec la microfinance, un rôle important dans l’inclusion financière au Sénégal. Avec 208 systèmes financiers décentralisés, plus de 2,5 millions de clients/membres, un encours d’épargne de plus de 285 milliards FCFA, des crédits d’un montant de plus de 306 milliards FCFA et un taux de pénétration de la microfinance de 18,4 %, le Sénégal est le leader de la zone UEMOA en matière de services financiers ciblant les populations les plus vulnérables. En 2017, le secteur a contribué pour 10,4% au financement de l’économie nationale et à hauteur de 3,7% au PIB. L’encours de crédit des systèmes financiers décentralisés (SFD) s’est établi à 359,7 milliards FCFA (environ 539,5 millions USD) au premier trimestre 2018. Les institutions de microfinance sont davantage présentes dans les zones marquées par une forte prévalence de la pauvreté, en raison notamment d’une meilleure adéquation des produits commercialisés aux besoins des populations rurales.

Finance numérique

L’accès aux services financiers formels demeure encore faible. En 2017, la proportion des adultes (âgés de 15 ans et plus) disposant d'un compte auprès d'une institution financière était de 20,4%, alors que la moyenne en Afrique subsaharienne était de 32,8%. Cependant, des progrès importants ont été faits afin de faciliter l’accès aux services financiers via la téléphonie mobile. Selon les dernières données de l'enquête Global Findex de la Banque Mondiale (2018), environ 31,8% des adultes de plus de 15 ans au Sénégal disposent d’un compte de mobile money contre 20.9% pour la moyenne de la région subsaharienne.

Secteur de l’assurance

Le secteur de l’assurance, bien qu’à un stade embryonnaire de son développement, est en croissance. Le marché a enregistré une croissance de 20% en 2017 et les entreprises du secteur ont réalisé un chiffre d’affaires cumulé de 161,6 milliards FCFA (environ 258,6 millions USD), toutes branches confondues. Le réseau national comptait 19 compagnies d’assurance non-vie contre 18 en 2016, et 10 sociétés d’assurance-vie. Ces dernières ont encaissé des primes évaluées à 53,3 milliards FCFA en 2017, en progression de 16% par rapport à 2016 selon l’Association des Assureurs du Sénégal (AAS), organisation faitière qui regroupe l’ensemble des sociétés d’assurances du Sénégal. Les récents progrès réalisés sont attribuables en partie au Taxawuleen, un système gratuit de constat à l'amiable lancé à l'initiative de l’AAS dans le but de faciliter la mobilité et la fluidité routière. Le taux de pénétration de l’assurance au Sénégal demeure extrêmement faible : autour de 1%, en raison de la faiblesse des revenus, de la crise de confiance entre les consommateurs et le secteur et du désintérêt des assureurs pour la micro-assurance.

Marché de capitaux

Le Sénégal abrite une antenne de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) dont le siège est en Côte d’Ivoire. Créée en 1996, la BRVM comprend les huit pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA): Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Des antennes nationales de la BRVM sont opérationnelles dans les autres pays-membres afin d’assurer l’effectivité des ordres de transaction des résidents en temps réel sur le marché boursier régional. La BRVM est considérée comme la 6ème place boursière africaine, selon le critère de la capitalisation. Au 31 décembre 2017, seulement 3 sociétés ayant leur raison sociale au Sénégal étaient cotées à la BRVM sur un total de 44 sociétés cotées. La société de télécommunications Sonatel, filiale sénégalaise du groupe Orange, affiche la plus forte capitalisation du marché.

Le marché du capital-investissement est encore embryonnaire au Sénégal. En 2016, environ 6,5 millions USD ont été levés par les fonds de capital-risque pour des investissements au Sénégal.

Système de prévoyance sociale

A l’instar de la Côte d’Ivoire, le Sénégal a adopté une loi en mars 2018 portant création d’un régime complémentaire de pension de retraite des fonctionnaires civils et militaires. La Caisse de Sécurité Sociale (CSS) est l’organisme national de recouvrement des cotisations pour les risques relatifs aux pensions de retraite, aux accidents de travail et aux prestations familiales. Le Sénégal fait partie de la zone CIPRES (Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale) qui est un organisme de contrôle et d’appui technique aux Caisses Africaines de Sécurité Sociale, regroupant 15 pays africains.Le système d’assurance-maladie ne couvre qu’environ 17% de la population totale. Une réforme de l'assurance maladie obligatoire instaurant une Couverture Maladie Universelle (CMU) et entrée en vigueur en mars 2013, oblige les employeurs d'entreprises de plus de 300 salariés à créer ou à affilier leurs salariés auprès d'une institution de prévoyance maladie leur garantissant une couverture maladie. La loi de 2003 relative aux mutuelles de santé a été adoptée pour favoriser le développement des mutuelles de santé, et le suivi de son impact s’effectue via le Plan National de Développement Sanitaire qui s’achève en 2018. En pratique, de nombreux groupes de populations ont décidé de s’organiser pour développer des formes de protection sociale répondant de la meilleure manière possible à leurs besoins. C’est le cas des initiatives de micro-assurance santé qui regroupent une importante variété de systèmes d’assurance destinés aux populations pauvres et facilitant leur accès aux soins. Les mutuelles de santé constituent l’une des formes les plus répandues des systèmes de micro-assurance. L’objectif du Sénégal à travers ces réformes était de faire passer la couverture maladie au Sénégal de 20 à 65% d’ici 2017.

Read More
Source

En bref

Population (2017): 15 850 570
PIB par habitant (USD courant) - 2017 - (Moyenne mondiale:10 721,61): 1 329,3
Population détenant un compte dans une institution financière (%) (age: 15+) - (2014 vs 2017): 15% | 42%
Crédit dédié à l'agriculture (Agriculture, foresterie et pêche) / Part de l'agriculture dans le PIB (2015): 0,14
Stratégies d'inclusion financière: n/a
Crédit domestique fourni par le secteur financier (% du PIB) - 2017: 37,6
Paiements numériques effectués ou reçus au cours de l'année précédente (% age 15+) (2014 vs 2017): 12% | 40%
Transferts d'argent reçus en % du PIB - 2017: 0,128
Taux d'intérêt hypothécaire / Durée du prêt hypothécaire (années): 7.62% | 15 ans

Base de données de projets des bailleurs

Projects

Latest News & Events

juil 12, 2019 | Lejecos; All Africa
Les transactions financières à partir du mobile banking ont enregistré à fin décembre 2018 un volume total de 294,90

Dernières publications

11 juin 2019 | Atlas Conseil International (ACI) | FANAF
11 juin 2019 | BCEAO | Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO)
11 juin 2019 | F-E. Erraji et F-Z. Benjdya | CDG Capital
31 déc 2018 | Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) | BCEAO
24 déc 2018 | Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) | BCEAO