Afrique de l'Ouest: Un accord Suisse-BCEAO de 3,911 milliards de F Cfa en faveur de l'inclusion financière dans l'UEMOA

15 mai 2019 | All Africa

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), M. Tiémoko Meyliet Koné et l’Ambassadeur Suisse au Sénégal, Dr Marion Weichelt Krupski ont signé, ce lundi 13 mai à Dakar, une convention de financement qui s’élève à 3,911 milliards de F Cfa. Cette manne financière dont les 2,520 milliards de F Cfa sont au titre de la contribution de la Confédération suisse et le reliquat, soit 1,391 milliards de F Cfa, à la charge de la BCEAO, entre dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie régionale d’inclusion financière dans l’UEMOA.

La Confédération Suisse vient de concrétiser son engagement pris suite à la table de ronde des bailleurs de fonds organisée en 2016 pour participer au financement de certaines activités de la Stratégie régionale d’inclusion financière de l’UEMOA.

Son ambassadeur accrédité à Dakar, Dr Marion Weichelt Krupski, a signé avec le gouverneur de la BCEAO, un accord de partenariat pour un montant de 3,911 milliards de F Cfa. Les 2,520 milliards de F Cfa de cette enveloppe représentent la contribution de son pays et le reliquat, soit 1,391 milliard de F Cfa, est à la charge de la Banque Centrale.

Le gouvernement de la BCEAO, M. Tiémoko Meyliet Koné, estime que cet acte consacre, en effet, la volonté réaffirmée de la Confédération Suisse de contribuer au bien-être des populations des pays de l’UEMOA à travers l’inclusion financière.

Ainsi, souligne-t-il, les principales actions prévues dans le cadre de ce partenariat concernent, pour une partie, le renforcement de l’éducation financière et la protection des consommateurs ; et pour l’autre, la mise en place d’un cadre fiscal et des politiques favorables à l’inclusion financière.

Dans cette même lancée, l’Ambassadeur Suisse à Dakar rappelle que cette présente contribution est un des trois volets de l’appui de son pays pour permettre à plus d’agriculteurs, d’éleveurs, de femmes et de jeunes de mieux utiliser l’épargne, le crédit et les assurances.

Ce qui, à son avis, va également leur permettre d’accroître les actifs pour atténuer les chocs causés par des situations d’urgence, des maladies, des accidents ainsi de réaliser des investissements productifs.

Mme Krupski confie qu’un premier contrat a été signé dans ce sens avec la Swiss Capacity Building Facility (SCBF), une organisation à but non lucratif, qui aide à la création des produits financiers adaptés aux besoins des populations.

Un autre contrat est prévu avec la Social Performance Task Force (SPTF), une organisation également à but non lucratif, qui a pour mission de rendre les services financiers plus sûrs et plus avantageux pour les clients.

Cette dernière structure est, selon Mme l’ambassadeur, spécialisée dans la formation de la population à la bonne connaissance et une meilleure utilisation des produits financiers mais aussi les protège du surendettement et des produits toxiques. Read more on All Africa

Source: All Africa